Open/Close Menu Alain Daniélou Site officiel

Le tour du Monde en 1936ISBN : 2-08-066059-4

Éditions Flammarion, 1987.

«  – Pour le tour du monde, c’est combien ? » (1) question banale qui, accolée à la perspective d’entreprendre un voyage aussi improbable plonge plus d’un lecteur dans un monde de pure fiction. Pourtant, c’est bien un récit de son tour du monde en 1936 que nous conte Alain Daniélou, d’une écriture efficace et simple qui illustre l’esprit des deux voyageurs. Libres comme l’air, de leurs actes et de leurs pensées, les deux jeunes gens, Alain Daniélou et Raymond Burnier, traversent tour à tour les Etat-Unis, le Japon, la Chine et l’Inde avant de prendre le chemin du retour pour l’Europe.
Daniélou porte un regard tantôt sans complaisance, tantôt plein de respect et de fascination sur les êtres, les monuments, le paysage qu’il découvre. Ce tour du monde est un véritable « éloge du divers » (2), garant de l’expression de la richesse des savoirs de tous les peuples, qui n’ont d’égalité que dans la beauté. À ce titre, Daniélou se fera le défenseur des peuples colonisés, dont les plus puissants économiquement oppriment la langue et la culture. Ceci le conduit à brosser un tableau au vitriol des USA, comme des touristes ou colons européens en Asie.
L’attitude désinvolte et aristocratique des deux hommes leur fait prendre des points de vue parfois dédaigneux pour la ‘masse’, de quelque origine qu’elle soit, mais jamais injurieuse ni déplacée envers les habitants des pays qu’ils traversent. La profonde admiration dont Daniélou fait preuve pour l’Orient préfigure son installation future en Inde, où il passera plus de vingt ans. Sans parler de dimension prophétique, ce récit, écrit dans cette période trouble d’entre deux guerres, alors que la France dans sa quasi-totalité était favorable au maintien de ses colonies, met l’accent sur les faiblesses et les dysfonctionnements néfastes de l’Occident chrétien.
Avide de rencontres, de découvertes et de beauté, Daniélou ne rentrera en Europe que pour désirer poursuivre ses pérégrinations orientales :

Au fond, pour les étrangers que nous sommes devenus, cette vie occidentale semble hostile et superficielle ; et, quand le soleil se lève embrumé sur la verte forêt des avenues désertes, nous sentons un obscur désir de choses lointaines : quand repartons-nous ? (3) 

Le Tour du monde en 1936 d’Alain Daniélou s’apparente à un journal de voyage débridé, où un art certain de la caricature se mèle à beaucoup d’intuition.
Le Monde, octobre 1987.

(1) Op. Cit, p21 : première réplique du récit.
(2) Pour reprendre une expression que l’on accole souvent à l’œuvre de Segalen.
(3) Op. Cit, p183, fin du récit.